Dans sa note d’Infos rapides, Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, estime la production française de céréales à 68,2 Mt, un niveau supérieur par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Ainsi, les rendements du blé tendre, du blé dur et du colza sont sensiblement revus en hausse par rapport à l’estimation publiée au début d’août.

Davantage de céréales et de colza

La production de blé tendre à 37,8 Mt serait à son niveau le plus élevé après 1998 et 2015, et en hausse de 6 % par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Ce net rebond résulte à la fois d’un niveau record des surfaces de blé, à 5,15 millions d’hectares, et d’un rendement révisé à la hausse, à 73,4 q/ha.

La production de blé dur à 2,14 Mt serait elle aussi en hausse, de 17 % par rapport à la moyenne quinquennale malgré une baisse de 5 % des surfaces. Le rendement moyen, à 56,1 q/ha, serait proche du niveau record de 2015.

La production d’orge à 12,2 Mt est estimée en hausse de 8 % par rapport à la moyenne quinquennale. Le rendement moyen s’établit à 63,8 q/ha. Pour les blés comme pour les orges, les moyennes cachent des disparités régionales, et notamment la forte baisse des rendements dans les départements lorrains cette année.

Bons rendements

La production de colza à 5,5 Mt serait en hausse de 16 % sur un an malgré une baisse des surfaces, de 6 % et de 8 % par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Le rendement atteindrait 37,5 q/ha, soit 12 % de plus que la moyenne de 2012 à 2016.

La production de tournesol en hausse de 6 % sur un an serait inférieure à sa moyenne de 2012 à 2016 de 12 %, à 1,25 M t. Pourquoi ? À cause de la poursuite de la baisse des surfaces. Le rendement, quant à lui, progresserait de 4,1 %.

La production de maïs grain, y compris semences, est maintenue à 13 Mt. En hausse de 9 % sur un an, la récolte serait en recul de 13 % par rapport à sa moyenne de 2012 à 2016. En cause, la baisse des surfaces, à leur plus faible niveau historique, tandis que le rendement, à 92,5 q/ha, augmenterait de 10 %.

La production de maïs fourrage est revue à la baisse à 17,3 Mt et progresserait de 9 % sur un an grâce à la hausse du rendement, les surfaces étant quasi stables.

Rebond en betteraves, pommes de terre et protéagineux

La fin des quotas sucriers dans l’Union européenne au 30 septembre 2017 a entraîné une forte hausse des surfaces de betteraves : +16 % sur un an et +20 % par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Dans le cadre de la première estimation de rendement (85,8 q/ha), la récolte de betteraves s’élèverait à 40,5 Mt, contre 34,6 Mt en 2016.

La production de pommes de terre de conservation et de demi-saison atteindrait 6 Mt : +16 % sur un an et +14 % par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Les cours élevés à la suite des faibles récoltes de 2015 et 2016 ont incité les agriculteurs à planter davantage cette année.

Enfin, la production de protéagineux, bien que revue à la baisse à la suite de la diminution des surfaces, augmenterait de 27 % sur un an et de 19 % par rapport à la moyenne de 2012 à 2016. Le rendement en pois protéagineux, à 35,9 q/ha, dépasserait légèrement le niveau moyen de 2012 à 2016 (35 q/ha). Pour la féverole, le rendement moyen (28,5 q/ha) resterait très en deçà de la moyenne de 2012 à 2016.

M.S.