D’abord prévu les 5 et 6 octobre, le vote des États membres a été une nouvelle fois repoussé, cette fois au 25 octobre, selon Générations Futures. Dans un communiqué du 12 octobre 2017, l’association rappelle qu’il s’agira de voter pour ou contre une proposition de réautorisation pour 10 ans de cette molécule.

S’opposer à une réhomologation pour 10 ans

« Il est grand temps que l’Union européenne décide une bonne fois pour toutes d’interdire cette substance dangereuse très controversée », estime Générations futures qui appelle les « États membres en général, et la France en particulier, à s’opposer à cette proposition inacceptable de réhomologation pour 10 ans ».

F.M.