Le tribunal administratif de Lyon a annulé le 15 février l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360 à base de glyphosate, estimant qu’il devait « être considéré comme une substance dont le potentiel cancérogène pour l’être humain est supposé ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
51%

Vous avez parcouru 51% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !