Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Monsanto condamné à 289 millions de dollars de dommages

Glyphosate
 - Monsanto condamné à 289 millions de dollars de dommages
© Wikipedia

Un tribunal de San Francisco a condamné vendredi Monsanto à payer près de 290 millions de dollars de dommages pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide, le Roundup.

Les jurés ont estimé que Monsanto avait agi avec « malveillance » et que le Roundup, ainsi que sa version professionnelle RangerPro, avaient « considérablement » contribué à la maladie du plaignant, Dewayne Johnson. Le géant de l’agrochimie a immédiatement annoncé son intention de faire appel de cette décision.

« Une cause qui me dépasse largement »

Tombé dans les bras de ses avocats à l’annonce du verdict, cet Américain de 46 ans réclamait plus de 400 millions de dollars. « Je suis content de pouvoir aider une cause qui me dépasse largement. Et j’espère que cette décision commencera à lui apporter l’attention dont elle a besoin », a réagi Dewayne Johnson au cours d’une conférence de presse.

« Le jury a eu tort », a répondu à des journalistes le vice-président de Monsanto, Scott Partridge, devant le tribunal. L’entreprise a par ailleurs immédiatement réagi dans un communiqué, annonçant qu’elle avait l’intention de faire appel et réitérant l’idée que le glyphosate, principe actif du Roundup, ne cause pas le cancer et n’est pas responsable de la maladie du plaignant.

Un procès en appel

« La décision d’aujourd’hui ne change pas le fait que 800 études scientifiques et les conclusions de l’agence américaine de la protection de l’environnement (EPA), des instituts nationaux pour la santé et des autres autorités de régulation à travers le monde soutiennent que le glyphosate ne cause pas de cancer et n’a pas causé le cancer de M. Johnson », affirme le groupe.

Selon l’un des avocats du plaignant, Brent Wisner, le verdict « montre que les preuves [de la dangerosité du glyphosate] sont accablantes. Des gens souffrent du cancer car Monsanto ne leur a pas donné le choix », ajoute-t-il, se disant déterminé à se « battre jusqu’au bout » alors que l’entreprise compte faire appel. « Comment ose-t-elle ? »

Des milliers de procédures en cours

Les jurés avaient commencé à délibérer le 8 août après plus d’un mois de débats. Si ce dossier est le premier autour du glyphosate à arriver devant un tribunal, c’est parce que la loi californienne oblige la justice à organiser un procès avant le décès du plaignant. Des milliers de procédures contre Monsanto sont en cours aux États-Unis, à des degrés divers d’avancement.

Le verdict de vendredi « va provoquer une cascade de nouvelles affaires », selon Robert F. Kennedy Jr, membre de l’équipe d’avocats rassemblée autour du plaignant, qui compte demander que l’appel de Monsanto soit traité en urgence compte tenu de l’état de santé de Dewayne Johnson.

AFP
Bayer estime que le glyphosate est « sûr et non cancérogène »

« Sur la base de preuves scientifiques, d’évaluations réglementaires à l’échelle mondiale et de décennies d’expérience pratique de l’utilisation du glyphosate, Bayer estime que le glyphosate est sûr et non cancérogène », déclare un porte-parole du groupe allemand, nouveau propriétaire de Monsanto.

Bayer a avancé des arguments similaires, expliquant que « l’arrêt de la Cour contredit les conclusions scientifiques selon lesquelles il n’existe aucun lien entre l’utilisation du glyphosate » et la maladie de Dewayne Johnson. « D’autres affaires peuvent être portées devant d’autres tribunaux et d’autres jurys, qui peuvent aboutir à des conclusions différentes », affirme le groupe allemand.

AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le coût des fournitures en Viticulture et oenologie 2019

25,32€

En réassort

AJOUTER AU PANIER