Critiqué par les écologistes pour ne pas avoir soutenu, en tant que président de l’Assemblée nationale, l’inscription dans la loi sur l’interdiction du glyphosate dans les trois ans, il répond : « J’étais au perchoir, je ne pouvais pas intervenir. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
43%

Vous avez parcouru 43% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !