La campagne de commercialisation des fruits français a commencé fin mai, en avance par rapport à l’an dernier. « L’offre espagnole a été présente, avec des volumes importants, observe le ministère dans sa note d’Infos rapides diffusée le 7 août 2017. En juin 2017, les températures caniculaires ont favorisé la consommation. La situation est variable selon les bassins, notamment en Roussillon où malgré la demande, quelques stocks restent en attente. Partout ailleurs, le marché est relativement fluide. »

Prix en baisse

En juin, le ministère estimait les prix à la production en baisse de 10 % sur un an et de 6 % par rapport à leur moyenne 2012-2016. Les fruits étant majoritairement de petit calibre, l’offre est réduite. « Ce qui favorise la fermeté des cours des calibres élevés. La baisse des importations en provenance d’Espagne, hors pêches plates, soutient également les prix. En toute fin de mois [de juillet], le commerce ralentit en raison d’un climat moins estival. Les cours à la production sont inférieurs de 7 % sur un an, mais se situent dans la moyenne 2012-2016. »

Production en hausse

Le ministère table sur une production annuelle française, au 1er août 2017, en augmentation de 4 %, comparée à celle de 2016. Dans un contexte de repli de 10 % des surfaces en production entre 2012 et 2016, elle se situerait 5 % au-dessous de la moyenne quinquennale. » La récolte de pêches, nectarines, brugnons et pavies approcherait les 215 000 t :

  • En Languedoc et Roussillon, les fruits sont majoritairement de petits calibres. La production augmenterait de 1 %. « La floraison et la nouaison ont été importantes. Les surfaces des vergers continuent leur déclin, en raison de la poursuite des arrachages », observe le ministère.
  • En Paca, les fortes chaleurs, début juillet, ont stoppé le grossissement des fruits. « Les gros calibres (type A) sont par conséquent plus rares sur le marché malgré une demande importante. La production est estimée en hausse de 8 % sur un an. Les surfaces en production diminueraient légèrement sur un an de 1 %. »
  • Dans la Vallée du Rhône, la récolte progresserait de 4 % sur un an. Là encore avec une majorité de fruits de petits ou moyen calibres malgré l’éclaircissage réalisé dans les vergers. « Le temps très chaud, sec et ensoleillé en juillet a favorisé le développement et le mûrissement des fruits qui sont de belle qualité et de coloration soutenue. »