« Les calibres à venir dépendront de la ressource hydrique des sols en été et en automne », prévient toutefois le ministère dans la note d’Infos rapides mise en ligne le 10 août 2018. La production française atteindrait 1 467 700 t cette année, c’est-à-dire 1 % de moins que l’an dernier et 6 % de moins que sa moyenne quinquennale.

Intempéries aux printemps

« Dans la Région Paca, la floraison a été abondante, mais les précipitations entraînent de la coulure et des chutes de fruits, décrit le ministère. En Provence, la production de la golden s’annonce d’un bon niveau. Dans les Alpes, la charge est plutôt faible en golden et les rendements seraient inférieurs à la moyenne. Après la faible production de 2017, la production totale de la région tendrait vers la normale. »

Dans la vallée de la Garonne, les intempéries, gel et précipitations ont eu lieu pendant la floraison. Les gala et golden seraient les plus touchées, avec une baisse sensible de la production en vue, mais des calibres élevés. La baisse de la production totale serait de 9 % sur un an. « Dans le Languedoc et le Roussillon, la surface en production diminuerait de 2 % sur un an à la suite d’arrachages de goldens. La production se maintiendrait sur un an. »

Chutes de fruits

Dans les Pays de la Loire, le ministère prévoit des rendements en golden et gala en repli par rapport à l’an dernier à cause de chutes de fruits et de l’alternance annuelle. La production reculerait de 3 % sur un an, s’accompagnant d’une légère baisse des surfaces (–1 %). En Aquitaine, la nouaison a été difficile avec une chute de nombreux fruits. Des orages ont provoqué des pertes en Dordogne. La production s’annonce inférieure de 15 % à celle de 2017.

« En Limousin, la production retrouverait un niveau de production standard, après la faible récolte de l’an passé. La sécheresse se met en place en juillet. En vallée du Rhône, la production est prévue supérieure à celle de 2017, touchée par le gel. Le grossissement des fruits est favorisé par le climat chaud. Dans le Centre-Val de Loire, la récolte retrouverait un bon niveau : +6 % par rapport à la moyenne sur 5 ans. »