Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Fin de campagne difficile pour le melon

Fruits
 - Fin de campagne difficile pour le melon
© P. Dufour/Interfel

Les cours du melon en France terminent la campagne de 2016 sous leur moyenne quinquennale. La production recule de 6 % par rapport à l’an dernier, à la suite des températures fraîches et du manque d’ensoleillement du printemps.

Dans sa note d’Infos rapides publiée ce 17 octobre 2016, Agreste constate que « jusqu’à la fin de juillet, les volumes récoltés se sont avérés en net retrait sur un an et par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes, conséquence des intempéries de juin sur le développement des plants. En juillet, les conditions climatiques plus favorables ont permis aux récoltes de continuer leur progression, malgré le déficit de pluviométrie sur toute la France. »

Retard de production

Le manque d’offre jusqu’en juillet a permis aux cours de se maintenir au-dessus de l’an dernier. Puis la chaleur est revenue en août, favorisant le développement et la maturation des melons. « Le retard du pic de production dans plusieurs régions s’est traduit par une amplification de l’offre nationale à partir de la deuxième quinzaine d’août. En dépit d’une demande très présente […], le cours s’est tassé et le produit a été déclaré en crise conjoncturelle […] en semaine 34 ».

En septembre, la récolte a été « un peu plus abondante que celle de 2015. Cette situation a pesé sur un raffermissement immédiat des cours. Le melon a été à nouveau déclaré en crise conjoncturelle en semaine 36. Mais l’offre […] ayant par la suite commencé à se raréfier dans un contexte de demande bien présente, les prix se sont raffermis par rapport au mois précédent tout en restant 9 % en dessous de la moyenne quinquennale et 19 % en dessous des cours de septembre 2015. »

Production et surfaces en retrait

Avec 241 710 t, la production française recule de 6 % par rapport à la campagne 2015, et de 8 % par rapport à la moyenne 2011-2015. C’est le double effet de températures fraîches au printemps, et du manque d’ensoleillement jusqu’à la fin du mois de juin.

« Depuis le début de la campagne, les récoltes mensuelles sont en net repli par rapport à la campagne 2015, décrit Agreste. Le pic de production a été retardé de 2 à 4 semaines sauf dans les régions du Sud-Est et en région Poitou-Charentes. La production s’est redynamisée en août et en septembre, à la suite du maintien de températures estivales sur l’ensemble des régions. »

La superficie consacrée à la culture du melon en France atteint 13 150 ha en 2016 recule de 1 % par rapport à l’an dernier. Le retrait est « plus marqué par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes (- 6 %) ». Il concerne les surfaces de plein air et sous abris bas.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le coût des fournitures en Viticulture et oenologie 2019

25,32€

En réassort

AJOUTER AU PANIER