« Les marchés des fruits et légumes d’automne 2018 sont globalement peu dynamiques, les conditions climatiques très douces du mois d’octobre n’ayant pas favorisé la consommation des produits de saison », a indiqué le conseil spécialisé pour les fruits et légumes et productions spécialisées de FranceAgriMer qui s’est réuni le 6 novembre 2018.

« En légumes, la situation est relativement équilibrée en artichaut, chou‐fleur, carotte et pomme de terre. Les marchés de la tomate et de l’endive sont moins porteurs. En fruits, la demande est calme en pomme et en noix ; elle s’avère plus dynamique en raisin. »

Charges en hausse

Le conseil a de plus pris connaissance des derniers résultats de l’Observatoire des données économiques et financières des exploitations fruitières. Réalisé par CER France, il permet, depuis 1990, d’analyser la situation des exploitations agricoles du secteur des fruits et de suivre leur évolution économique.

Ainsi, pour l’année 2017, les résultats des arboriculteurs reculent légèrement par rapport à 2016, notamment en raison de charges en hausse (plus de main-d’œuvre au verger pour les fruits à noyaux).

La conjoncture globale est cependant favorable, sauf pour les producteurs d’abricots qui ont connu des prix de vente inférieurs de 30 % à la moyenne quinquennale.

Pour toutes les productions, la disparité des performances reste importante. À noter, ceux qui rencontrent des difficultés semblent affectés par des problèmes plus structurels que conjoncturels.

Pour ce qui concerne les équilibres financiers, les situations restent stabilisées, avec 23 % d’exploitations en « risque financier moyen ou élevé » à la fin de 2017 contre 21 % à la fin de 2016.

L’analyse des comportements financiers sur trois ans montre que plus de la moitié (54 %) des exploitations étudiées ressortent en phase de « développement » contre 17 % en « déclin ».