« L’été arrive et les ventes sauvages de fruits et légumes se multiplient sur les bords de route augmentant ainsi les risques de non-respect de la réglementation et des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire », alerte la Coordination rurale dans un communiqué publié le 21 juin 2018. Le syndicat appelle les sénateurs, mobilisés dans le cadre du projet de loi agriculture et alimentation, à « modifier la réglementation actuelle » afin de faire stopper ces pratiques.

Menace pour les producteurs locaux

L’origine des fruits et légumes vendus illégalement, de même que les méthodes de production « souvent très opaques », représentent une vraie menace pour les producteurs locaux et pour les commerces de proximité, « et in fine pour les consommateurs », assure le syndicat.

La Fédération du commerce alimentaire spécialisé, l’Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes, et le Réseau interprofessionnel de la restauration collective soutiennent également à cette revendication.

A.M.