Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les techniques de réduction ne sont « pas suffisantes »

réservé aux abonnés

Fertilisation/Qualité de l’air - Les techniques de réduction ne sont « pas suffisantes »
La fertilisation azotée minérale est responsable d’un quart des émissions d’ammoniac (NH3), un précurseur de particules fines. © P. Crapon/GFA

Pour l’Unifa, la substitution des formes d’engrais les plus émissives en ammoniac (moins d’urée et de solution azotée au profit de l’ammonitrate) est nécessaire pour remplir les objectifs de réduction fixés par la France. Le développement de l’enfouissement de l’azote et celui de l’utilisation d’inhibiteurs d’uréase ne suffiraient pas.

Ce 12 mars 2019, l’Unifa a présenté les conclusions d’une étude prospective menée avec le Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique) évaluant différents scénarios d’évolution des émissions d’ammoniac vis-à-vis des objectifs de réduction fixés par le gouvernement (voir encadré).
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le coût des fournitures en Viticulture et oenologie 2019

25,32€

Disponible

AJOUTER AU PANIER