Lancée au début de février par 38 ONG européennes, l’initiative citoyenne européenne (ICE) « Stop Glyphosate » a réuni le nombre de signatures nécessaire pour être présentée à la Commission européenne : plus d’un million, au sein de 7 États membres de l’Union européenne (UE). Un « engouement » qui « démontre une préoccupation sociétale importante à l’égard des pesticides », rappelle Générations futures. Les conditions ont été remplies « en moins de cinq mois », soit le succès le plus fulgurant depuis la création de cet outil par l’UE en 2012, s’est félicité Greenpeace.

Outre l’interdiction du glyphosate, l’ICE demande qu’une réforme de la procédure d’approbation des produits phytosanitaires soit menée, et que des objectifs obligatoires de réduction des phytos à l’échelle de l’UE soient fixés. À partir du moment où l’ICE et son million de signatures certifiées et validées par les autorités de chaque État membre sont envoyées à la Commission européenne, celle-ci a 3 mois pour réagir. En agissant ou pas dans le sens que les signataires attendent, mais avec une justification de sa décision.

Double calendrier pour la Commission

Le calendrier de l’ICE colle avec celui de la réapprobation du glyphosate. La Commission, forte du second avis d’une agence scientifique européenne, va effectivement réengager la procédure de réautorisation du glyphosate au niveau européen, a priori pour 10 ans. Le commissaire européen à la Santé et à la Sécurité alimentaire estime qu’il n’a « aucune raison de remettre en question » le glyphosate et compte remplir ses obligations : poursuivre la procédure d’autorisation de l’herbicide.

Selon Générations futures, elle devrait faire une proposition formelle aux États membres de l’UE « avant […] le 19 juillet » puis ceux-ci « seront invités à voter cette proposition après l’été ». Les organisateurs de l’ICE soumettront les signatures au début de juillet afin d’exiger que le Conseil réponde formellement « avant que la décision finale sur une nouvelle autorisation de glyphosate soit faite », a indiqué Générations futures dans un communiqué reçu ce jour.

A. Cas.