Le 27 avril dernier, les États membres de l’Union européenne ont voté en faveur de l’interdiction des trois substances néonicotinoïdes représentant des risques élevés pour les abeilles. La traduction de ce vote est parue aujourd’hui au Journal officiel de l’UE via le règlement d’exécution 2018/783. Celui-ci stipule que l’interdiction de la mise sur le marché et de l’utilisation...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
51%

Vous avez parcouru 51% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Le 27 avril dernier, les États membres de l’Union européenne ont voté en faveur de l’interdiction des trois substances néonicotinoïdes représentant des risques élevés pour les abeilles. La traduction de ce vote est parue aujourd’hui au Journal officiel de l’UE via le règlement d’exécution 2018/783. Celui-ci stipule que l’interdiction de la mise sur le marché et de l’utilisation des semences traitées à l’imidaclopride, à la clothianidine ou au thiaméthoxame sera effective à partir du 19 décembre 2018.

Nombreuses restrictions

L’usage de ces trois substances était déjà restreint, depuis 2013, à des cultures non mellifères. Plusieurs rapports de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) ont constaté que les abeilles courraient des « risques aigus élevés » en raison de l’utilisation de ces produits en plein champ, sur les cultures traitées ou sur les cultures suivantes.

Désormais, seules les utilisations dans les serres permanentes pourront être autorisées.

A.M.