Lors d’une première audience mercredi, le 10 octobre 2018, Monsanto a plaidé devant un tribunal de Californie pour la réduction des dommages-intérêts auxquels il a été condamné en août. Le jardinier californien Dewayne Johnson, auquel a été diagnostiqué en 2014 un cancer incurable du système lymphatique, avait alors affirmé avoir utilisé à plusieurs reprises une formule professionnelle du Roundup dans une école de Benicia, en Californie.

Une décision en délibéré

Le jury de San Francisco avait condamné Monsanto, intégré depuis au sein de Bayer, à verser quelque 290 millions de dollars à ce jardinier. Hier, la magistrate d’une juridiction supérieure, Suzanne Bolanos, s’est dite prête à « ouvrir un nouveau procès ». Si cette décision était confirmée par le tribunal, elle pourrait mener à une révision sensible, voire à la levée de la sanction financière contre Monsanto. La juge a mis sa décision en délibéré, sans préciser la date à laquelle elle la rendrait.

Bayer salue aujourd’hui la déclaration du juge Bolanos et « continue de croire que le jugement et les actions en dommages-intérêts sont en contradiction avec les preuves présentées au cours du procès », dans un communiqué transmis à l’AFP. Une réduction déjà sensible de la sanction de première instance serait de la plus haute importance pour Bayer, alors que des milliers d’autres requêtes de patients malades du cancer sont en cours d’examen aux États-Unis.

AFP