Le ministère américain du Commerce affirme que l’Argentine et l’Indonésie subventionnent leur biodiesel respectivement à hauteur de 71,45 % à 72,28 % et de 34,45 % à 64,73 %. Il relève ainsi son estimation initiale pour l’Argentine et abaisse celle de l’Indonésie. En août, dans sa décision préliminaire, il calculait des subventions allant de 50,29 % à 64,17 % pour le premier et de 41,06 % à 68,28 % pour le second.

En guerre contre le déficit commercial

Le ministère donnera « instruction aux services de douanes et de protection des frontières américains de collecter des garanties financières auprès des importateurs de biodiesel d’Argentine et d’Indonésie » sur la base des taux annoncés ce jeudi. En 2016, les importations de biodiesel en provenance de l’Argentine et de l’Indonésie ont représenté respectivement 1,2 milliard et 268 millions de dollars.

L’administration Trump a décidé de s’attaquer au déficit commercial américain. Elle multiplie les annonces de sanctions, d’enquêtes et de mesures préliminaires, dénonçant les subventions dont bénéficieraient les produits étrangers vendus aux États-Unis. L’Argentine est le premier producteur mondial de biocarburant devant l’Indonésie et la Malaisie.

Bruxelles condamnée face à l’Argentine

L’Union européenne est elle aussi en conflit avec l’Argentine sur le biodiesel. Pour autant, en octobre 2016, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a confirmé en appel un premier jugement établi en mars qui donne partiellement raison à l’Argentine concernant les mesures antidumping européennes contre son biodiesel.

À la fin de septembre, l’Association des producteurs de biodiesel européens (EBB) a de son côté annoncé son intention de déposer une plainte auprès de la Commission européenne contre les importations argentines, estimant elle aussi que ces dernières bénéficient de subventions.

AFP