L’observatoire Céré’Obs de FranceAgrimer comptabilisait, au 7 août 2017, les premiers grains ayant une humidité de 50 % en Midi-Pyrénées (5 % des surfaces), Rhône-Alpes (3 %), Poitou-Charentes (1 %) et dans le Centre Val de Loire (1 %). C’est par ailleurs avec 12 jours d’avance (par rapport à la moyenne quinquennale) que la date médiane de floraison femelle a été atteinte.

Les conditions de cultures bonnes à très bonnes sont restées stables. Elles concernaient, en moyenne nationale, 79 % des surfaces de maïs grain en ce début de mois d’août, malgré un épisode caniculaire. Depuis 2013, les conditions bonnes à très bonnes n’ont concerné plus de 80 % des surfaces qu’en 2014, ce qui classe 2017 comme la seconde meilleure année à ce stade.

Toutes les régions ne sont cependant pas sur un pied d’égalité : cette proportion était plus basse en Bourgogne Franche-Comté (71 %), dans les Pays de la Loire (71 % aussi), et surtout en Rhône-Alpes (54 %). Des observations à mettre en lien, pour cette dernière région, avec la sécheresse des sols exceptionnelle qui touche le sud-est du pays.

L’évolution entre la dernière semaine de juillet et la première d’août a été :

  • Une sensible amélioration en Rhône-Alpes (+ 1 point de surfaces en conditions bonnes à très bonnes, à 54 %), Poitou-Charentes (+ 2 points, à 75 %), et dans les Pays de la Loire (+ 1 point à 71 %). Dans le Centre, la proportion de maïs présentant de mauvaises conditions diminuait, passant de 8 à 3 % des surfaces.
  • Une dégradation des conditions dans le Centre (- 3 points de surfaces en conditions bonnes à très bonnes, à 77 %), et en Alsace (-5 points, à 83 %). C’est en Rhône-Alpes que la situation était la moins bonne, avec des maïs dans des conditions de cultures jugées mauvaises sur 13 % des surfaces.

Quelques blés et orges toujours sur pieds

10 à 12 joursC’est l’avance avec laquelle les récoltes ont été réalisées en 2017

Les moissons d’orges d’hiver et de blé dur étaient terminées au 7 août. Celle des orges d’hiver et du blé tendre était toujours sur la fin, mais avec quelques parcelles à terminer encore. Leurs collectes sont respectivement achevées à 99 et 97 %, contre 73 et 74 % en 2016.

Par rapport à la moyenne quinquennale, la date médiane des récoltes de céréales a été avancée de 10 jours pour le blé dur, 11 jours pour le blé tendre et 12 jours pour les orges de printemps.

A.Cas.