Cette stratégie est mise en place dans un contexte où les débats sociétaux et réglementaires relatifs à ces technologies sont nombreux.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Cette stratégie est mise en place dans un contexte où les débats sociétaux et réglementaires relatifs à ces technologies sont nombreux.

Les techniques d’édition du génome permettent de créer des modifications du génome (mutations ponctuelles, délétions ou encore insertions). Selon l’arrêt du 25 juillet 2018 de la Cour de justice européenne, les plantes dont le génome est modifié par ces techniques sont considérées comme des OGM.

Six piliers

L’Inra met en avant six piliers sur lesquels repose cette stratégie :

  • Il relève des missions de recherche publique de l’Inra et de sa responsabilité sociale d’explorer les bénéfices potentiels des technologies d’édition des génomes, d’analyser leurs limites et de caractériser les risques sanitaires, environnementaux ou socio-économiques des produits dérivés.
  • Les nouvelles technologies d’édition du génome permettent d’explorer la variabilité génétique et d’étudier la fonction, la régulation et l’évolution des gènes, essentielles à l’amélioration des connaissances et à la compréhension du vivant.
  • Leur utilisation repose sur des caractères et des espèces cibles répondant à un objectif de bien commun, pour des usages et des systèmes de production inscrits dans une logique de durabilité environnementale, économique et sociale, par exemple en vue de la réduction des pesticides de synthèse ou de l’adaptation au changement climatique.
  • La création et la caractérisation des plantes obtenues par édition du génome sont conduites en milieu confiné, au laboratoire ou en serre. La justification d’essais au champ sera soumise à un comité d’experts. Ce comité évaluera l’opportunité d’utiliser les technologies d’édition des génomes par rapport aux méthodes alternatives et la contribution potentielle des innovations variétales envisagées à la transition agroécologique.
  • L’Inra encourage la coconstruction de projets de recherche.
  • l’Institut soutient la liberté d’accès à l’ensemble des ressources génétiques et défend le certificat d’obtention végétale.

I.E.