Dans le cadre d’un « accord commercial Asie Pacifique » entre la Chine, le Bangladesh, l’Inde, le Laos, la Corée du Sud et le Sri Lanka, Pékin va supprimer complètement les droits de douane sur certaines des importations agricoles provenant de ces pays.

Le colza concerné aussi

À partir du 1er juillet, le soja, les graines de colza ou la graisse bovine seront entièrement exemptés de taxes à leur passage des frontières chinoises, selon une liste diffusée ce mardi 26 juin 2018 par le gouvernement chinois. Les importations de soja concernées sont actuellement taxées à 3 %.

Les droits de douane seront par ailleurs réduits sur des dizaines d’autres produits. La mesure prendra effet cinq jours avant la possible imposition par Pékin, le 6 juillet, de droits de douane punitifs contre nombre de produits importés des États-Unis, dont le soja.

Or, les États-Unis sont le premier fournisseur de soja de la Chine : le géant asiatique a importé l’an dernier pour 14 milliards de dollars de soja américain. La demande chinoise est en plein boom, à mesure qu’explose la consommation de viande dans le pays.

Peu d’alternatives pour Pékin

En taxant le soja américain, Pékin vise donc directement les revenus des agriculteurs aux États-Unis, mais risque également de renchérir nettement le prix du soja en Chine même, si les sources d’approvisionnement alternatives venaient à faire défaut.

Conscientes du danger, les autorités communistes ont enjoint aux agriculteurs de plusieurs régions chinoises d’accroître leurs surfaces cultivées de soja, et le pays a intensifié ses importations du Brésil et de l’Argentine, deux producteurs majeurs.

Parmi les pays bénéficiaires de la nouvelle levée des droits de douane chinois, seule l’Inde s’était distinguée dans le passé comme un pays exportateur de soja.

AFP