« Les taxes sur les farines et les céréales constituent des exemples parmi les plus patents d’impôts de création ancienne, à faible rendement et aujourd’hui inadaptés pour répondre aux objectifs qu’on avait souhaité leur assigner », juge la Cour des comptes dans son rapport annuel de 2018, publié mercredi 7 février.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre