Les signataires (1) s’inquiètent des risques de diffusion de gène aux plantes cultivées ou sauvages qui constituent une « atteinte irréversible à la biodiversité », pourraient induire la multiplication d’adventices résistantes et augmenter la toxicité des herbicides utilisés pour les combattre.

« Ces risques ont justifié, il y a quelques années, sans aucune controverse, l’interdiction française puis européenne de toute culture de colza transgénique tolérant le glyphosate. Vos variétés de colza Clearfield génèrent ce même type de risque », affirment-ils, en demandant à BASF leurs préconisations pour leur maîtrise.

OGM ou pas OGM ?

Les signataires demandent à la firme d’indiquer publiquement les procédés d’obtention des colzas Clearfield, qu’ils estiment entrer dans la catégorie des OGM. Dans cette lettre ouverte, ils expliquent que BASF a indiqué aux autorités canadiennes, qui exigent plus d’informations que l’Union européenne, avoir eu recours à la mutagenèse. En Europe, les plantes issues de mutagenèse ne sont actuellement pas soumises à la réglementation sur les OGM.

Les signataires attestent également que les colzas sont issus de culture de microspores, un procédé qui « ne se produit pas naturellement ». Il consiste en l’obtention d’embryons par la culture de grains de pollen immatures, sans fécondation. Ils demandent à la firme d’indiquer publiquement les procédés qui ont été utilisés, et d’expliquer pourquoi ils n’ont pas été déclarés lors des demandes d’autorisation de mise sur le marché.

H.P.

(1) Laurent Pinatel (Confédération paysanne), Sylviane Gauthier (Consommateurs pas cobayes), Esther Billaud (CSFV49), Daniel Evain (Fnab), Eliane Anglaret (Fédération Nature & Progrès), Hervé Le Meur (OGM dangers), Philippe Catinaud (Réseau Semences Paysannes), Dominique Cellier (Sciences Citoyennes), Alzin Frappin (Vigilance OG2M), Jacky Berrahil (Vigilance OGM33), Michel Menant (Vigilance OGM et pesticides 16), Jacques Testart (biologiste), José Bové (député européen).

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza soutenu par l’huile de palme

Les prix du colza étaient dans le vert mardi à la mi-journée, soutenus par les cours de l’huile de palme.