Ce repli n’est pas dû à la baisse des surfaces puisque ces dernières sont stables par rapport à 2017 et en légère baisse (–2 %) par rapport à la moyenne des 5 dernières années, mais aux conditions climatiques maussades du printemps et à la chaleur et la sécheresse estivale. La plus grosse baisse de production se situe dans le Nord. La région Nord Pas-de-Calais récoltera 30 % de choux-fleurs en moins que sa moyenne 2013-2017. La production bretonne, qui représente plus de 82 % de la production nationale accuse un retard dans son arrivée sur le marché.

Un très bon début de campagne au niveau prix

En raison de la diminution de l’offre, les cours étaient supérieurs à l’année dernière et à la moyenne des cinq dernières années. En septembre, ils étaient même 39 % au-dessus de cette moyenne. Cependant, en raison de l’arrivée concomitante des choux-fleurs bretons et étrangers, les cours ont chuté drastiquement en octobre pour se retrouver sous la moyenne 2013-2017 (–13 %).

Prix du chou-fleur à la production.

Le ministère de l’Agriculture prévoit un écoulement de la production vers le marché du surgelé dans les prochaines semaines afin de diminuer l’offre de choux-fleurs frais.

R.H.