Cette reconnaissance est valable sur 159 communes du centre et du nord du département, annonce lundi, le 16 avril 2018, la préfecture. Les agriculteurs de la région, qui sont souvent à la fois éleveurs et producteurs de châtaignes, avaient déjà obtenu ce statut pour les fourrages.

À peine 1 500 tonnes

La récolte de châtaignes de 2017 a atteint à peine 1 500 tonnes quand elle oscille entre 4 000 et 5 000 tonnes habituellement, l’Ardèche assurant la moitié de la production française, selon le Syndicat de défense de la châtaigne d’Ardèche.

Les castanéiculteurs seront indemnisés à hauteur de 20 à 30 % de leurs pertes, indique Daniel Vernol, président du syndicat. Pour 2018, il est beaucoup trop tôt pour donner une tendance même si les pluies abondantes ont permis aux arbres de redémarrer avec une réserve d’eau suffisante.

La filière avait déjà été confrontée ces dernières années au cynips, petite guêpe venue d’Asie, arrivée en Ardèche en 2010 qui fragilise les arbres en pondant dans leurs bourgeons et peut entraîner leur mort.

AFP