Ainsi au 8 avril, seulement 1 % des maïs étaient implantés contre près d’un quart l’an dernier à la même date. Les semis ont démarré en Occitanie-Midi-Pyrénées (2 % des surfaces contre 27 % en 2017), en Nouvelle-Aquitaine-Poitou-Charentes (2 % au 8 avril 2018 contre 40 % l’an dernier), dans le Grand Est-Alsace (2 % contre 44 %) et en Centre-Val-de-Loire (4 % contre...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Ainsi au 8 avril, seulement 1 % des maïs étaient implantés contre près d’un quart l’an dernier à la même date. Les semis ont démarré en Occitanie-Midi-Pyrénées (2 % des surfaces contre 27 % en 2017), en Nouvelle-Aquitaine-Poitou-Charentes (2 % au 8 avril 2018 contre 40 % l’an dernier), dans le Grand Est-Alsace (2 % contre 44 %) et en Centre-Val-de-Loire (4 % contre 41 %). Ailleurs, cela n’avait pas démarré au début de la semaine contrairement à l’an dernier. Mais les bonnes conditions climatiques de la semaine prochaine, si elles se confirment, devraient permettre d’accélérer les chantiers.

53 % des orges de printemps levées

Du côté des orges de printemps, 96 % étaient semées au 8 avril contre 78 % la semaine précédente. 53 % des surfaces sont levées (31 % au 1er avril), c’est encore beaucoup moins que la campagne précédente à la même date (96 %). 5 % sont au stade de l’épi de 1 cm (9 % en 2017). 81 % des orges de printemps sont qualifiées de « bonnes » par FranceAgriMer, 15 % « d’assez bonnes » et 3 % de « mauvaises ».

78 % des blés tendres « bons à très bons »

Pour le blé tendre, 89 % atteignent le stade de l’épi de 1 cm contre 67 % la semaine précédente et 96 % en 2017. Le stade des 2 nœuds est également en retard par rapport à l’an dernier à la même date (9 % en 2018 et 22 % en 2017). Les blés tendres sont classés à 78 % « bons à très bons » contre 89 % en 2017. 16 % sont « assez bons » (10 % en 2017) et 5 % « mauvais » (2 % en 2017).

Les orges d’hiver sont à 97 % au stade de l’épi de 1 cm et 6 % à celui des 2 nœuds (respectivement 99 % et 40 % l’an dernier à la même date). 73 % d’entre elles sont « bonnes à très bonnes » (82 % l’an dernier). 7 % sont classées « mauvaises » (4 % en 2017) et 19 % « assez bonnes » (14 % en 2017).

Quant au blé dur, 92 % sont au stade de l’épi de 1 cm(75 % la semaine précédente) et 12 % à celui des 2 nœuds (2 %). Là encore, les parcelles ont pris du retard par rapport à l’an dernier (95 % et 42 % respectivement). 78 % sont « bons à très bons », 18 % « assez bons » et 5 % « mauvais » (même chiffres en 2017 à la même date).

I.E.