« Nous pouvons arriver à un niveau d’exportations de l’ordre de 38 millions de tonnes, ce qui constitue une progression significative », a déclaré Alexandre Tkatchev à la chaîne Rossiïa 24, précisant que cela dépendrait de l’évolution du dollar et nécessiterait d’ouvrir de nouveaux marchés.

103 à 105 millions de tonnes

Le ministre russe a confirmé la prévision de récolte entre 103 à 105 millions de tonnes contre 120 millions de tonnes l’an dernier. Sur la campagne 2016-2017, les exportations ont atteint 35 millions de tonnes, un niveau jamais vu, dont 27 millions de tonnes de blé.

La récolte a pris deux semaines de retard et est en l’état « nettement inférieure » à l’an dernier. « Nous espérons fortement que l’automne sera assez sec, et pas aussi pluvieux qu’au printemps et en été, et que nous pourrons récolter les céréales », a-t-il expliqué.

Récolte en retard

Selon son ministère, au 4 août, Alexandre Tkatchev estime que 11,1 millions d’hectares ont été moissonnés contre 15,1 millions à la même date l’an dernier. Ce qui correspond à 46,8 millions de tonnes de céréales contre 55,4 millions.

AFP