Le ministère russe de l’Agriculture avait déjà proposé cette semaine de suspendre cette taxe entre le 15 septembre 2016 et le 1er juillet 2018. Celle-ci avait été imposée au début de 2015 pour maintenir l’offre intérieure en dépit de l’effondrement du rouble.

Relativement faible, elle n’a pas empêché la Russie d’enregistrer des exportations records de céréales lors de la dernière campagne agricole et de dépasser les États-Unis comme premier exportateur mondial de blé, un rang qu’elle devrait conserver sur la campagne en cours grâce à une moisson record.

Augmenter les exportations de 5 millions de tonnes

L’annulation de la taxe devrait entraîner une augmentation de 5 Mt (millions de tonnes) des exportations de blé, attendues à 30 Mt, a estimé vendredi Djamboulat Khatouov, un adjoint du ministre de l’Agriculture.

« Cette mesure pourra soutenir notamment les exportateurs et augmenter le nombre de contrats », a expliqué de son côté Dmitri Medvedev, soulignant vouloir « exclure les risques de pertes liées aux variations du taux de change ».

Les agriculteurs russes avaient appelé de manière répétée à supprimer les barrières douanières en vigueur. La taxe a entraîné des pertes de 50 milliards de roubles, près de 700 millions d’euros, pour les agriculteurs, a estimé récemment Arkadi Zlotchevski, le président de l’Union céréalière.

Des prix à peine supérieurs au seuil de rentabilité

Or selon lui, les prix du blé se trouvent actuellement à un niveau à peine supérieur au seuil de rentabilité, au risque en cas de nouveau recul de provoquer des faillites et des difficultés à assurer les semis d’automne malgré une moisson record cet été.

Toutes céréales confondues, la récolte est actuellement prévue par le ministère de l’Agriculture au moins à 110 Mt, du jamais vu pour la Russie postsoviétique. Les céréaliers prévoient encore plus, à au moins 114 Mt.

La moisson avait déjà été très abondante l’an dernier à 104,8 Mt, ce qui avait permis à la Russie d’atteindre un record d’exportations à 33,9 Mt sur la campagne de 2015-2016, dont 24,6 Mt de blé.

Au 2 septembre, après récolte de 33,3 millions d’hectares (70 % des surfaces semées), 93,4 Mt de céréales avaient été sorties des champs (dont 64,5 Mt de blé), contre 73 Mt à la même date l’an dernier, selon le ministère de l’Agriculture.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé rebondit

Les prix du blé rebondissaient assez nettement, vendredi 3 avril 2020 en fin d’après-midi.