Le CIC augmente ses prévisions pour la production mondiale de grains de 12 Mt par rapport au mois dernier, à 2 049 Mt (au même niveau qu’en mai dernier). S’il a revu à la baisse à la fin de juin les récoltes aux États-Unis et en Europe du fait de conditions climatiques, les meilleures perspectives en mer Noire tirent la production mondiale vers le haut. Conséquence, le CIC s’attend à des exportations records depuis cette zone.

Hausses pour le blé et l’orge

« Les hausses pour le blé (+10 Mt) et l’orge (+4 Mt) sont principalement le reflet de meilleures récoltes que prévues dans la région de la mer Noire, tandis que la baisse pour le maïs (–3 Mt) tient compte de chiffres revus à la baisse pour l’Union européenne et la Chine. » Le CIC s’attend à des records au niveau des échanges mondiaux de céréales, principalement soutenus par de fortes exportations de maïs.

Les stocks mondiaux sont, quant à eux, portés à 485 Mt, contre 478 Mt en juillet, avec un nouveau record de 248 Mt pour le blé. Malgré tout, le CIC prévoit un niveau de consommation de céréales qui reste élevé et, avec une production en légère baisse, des « stocks qui devraient se contracter pour la première fois en cinq ans, notamment aux États-Unis et en Chine ».

En effet, la récolte mondiale reculerait de 4 % par rapport à l’an passé du fait de surfaces et de rendements inférieurs. La production de maïs chuterait de 56 Mt entre 2016-2017 et 2017-2018, avec une baisse significative du niveau des stocks.

M.S.
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé rebondit, soutenu par une demande mondiale toujours forte

Les prix du blé rebondissaient, vendredi 27 mars 2020 à la mi-journée, profitant d’une forte demande, au lendemain d’une séance de prises de profits. Les ont continué de tutoyer les sommets de la campagne 2019-2020.