Dans un communiqué paru le 26 août 2016, Thierry Momont, président de la section des céréales et des protéagineux du Gnis (1) rassure sur le fait que les semenciers « seront en mesure d’approvisionner le marché en semences de qualité » pour les céréales et les protéagineux, afin de « permettre aux agriculteurs de préparer la récolte de 2017 dans les meilleures conditions possible ».

Une dérogation pour certifier les semences R2

Le Gnis, l’UFS, l’AGPB, Coop de France, FNA et la Fnams rappellent dans ce communiqué que le ministère de l’Agriculture a autorisé la certification de semences R2 (deuxième génération) sur le territoire français pour les espèces de blé tendre d’hiver, d’orge d’hiver, de protéagineux d’hiver et de printemps (pois et féverole) pour la campagne de 2016-17. Il s’agit de compenser un déficit en semences R1 au niveau national.

« Les semences certifiées R2, comme toutes les semences certifiées, répondent à des normes de production et de certification strictes », assurent les organisations semencières. Elles doivent :

  • Avoir été implantées avec des semences certifiées dont la traçabilité est garantie ;
  • Faire l’objet d’un contrôle au champ avant récolte par un technicien agréé par le Service officiel de contrôle ;
  • Garantir une germination et une qualité de traitement identiques aux semences certifiées R1 ;
  • Assurer une norme de pureté spécifique et variétale > 99 %.

« Sécuriser l’approvisionnement »

« Ces disponibilités complémentaires et le triage performant des récoltes réalisé par les stations de semences ont permis de sécuriser l’approvisionnement en semences de qualité sur l’ensemble du territoire et pour toutes les espèces », confirme la filière semencière, qui se félicite de la « mobilisation intense de tous les acteurs de la filière durant l’été ».

I.E.

(1) Groupement national interprofessionnel des semences et plants