La récolte est attendue entre 224,1 et 228,2 millions de tonnes, alors que la précédente avait atteint un volume historique de 238,5 millions de tonnes. Ce record avait été rendu possible par des conditions « climatiques hautement favorables » qui devraient « difficilement se répéter », indique la Conab dans un rapport diffusé le 10 octobre 2017.

La récolte de soja reculerait de plus de 5 %

Le soja et le maïs devraient représenter 89 % des volumes de céréales et oléagineux récoltés dans le pays. La production de soja devrait être comprise entre 106 et 108,3 millions de tonnes, en repli de 5,1 % à 7,1 % par rapport à la précédente. Celle de maïs atteindrait 92,2 à 93,6 millions de tonnes en baisse de 4,3 % à 5,7 %.

Moins de surface de maïs

La surface affectée au maïs, en concurrence avec le soja plus rentable, devrait perdre 336 300 à 552 500 hectares (–6,1 % à –10,1 %), et atteindre au maximum 5,1 millions d’hectares. La culture de soja devrait occuper une surface légèrement plus importante que lors de la précédente récolte, comprise entre 34,5 et 35,2 millions d’hectares, en hausse moyenne de 2,7 %.

La Conab estime que les stocks finaux de maïs devraient se maintenir à un niveau historiquement haut, malgré une production en baisse, une consommation interne dynamisée par la reprise du secteur des productions animales, la hausse de la capacité de broyage du maïs pour la production d’éthanol et un volume d’exportations de 30 millions de tonnes similaire à celui de la récolte précédente. À la fin de la précédente récolte, les stocks avaient atteint 19,1 millions de tonnes.

Les exportations de soja revues à la hausse

Les prévisions d’exportation de soja sont de 64 millions de tonnes mais la Conab estime que ce volume devrait être revu à la hausse en raison d’une forte demande internationale. Sur le marché domestique, la Conab ne prévoit pas de problèmes d’approvisionnement en graines de soja, en son et en huile. Elle estime que les prix devraient se maintenir à une valeur moyenne similaire à celle de la précédente récolte.

AFP