Au Brésil, les désherbants au glyphosate sont très utilisés dans les plantations de soja. Une juge de Brasilia a ordonné la semaine dernière la suspension pour 30 jours « de l’enregistrement de tous les produits » contenant du glyphosate, du thirame (fongicide) et de l’abamectine (insecticide), afin que l’agence brésilienne de veille sanitaire (Anvisa) procède à leur « réévaluation toxicologique ».

Le ministre de l’Agriculture intervient

Le ministre brésilien de l’Agriculture a annoncé que le gouvernement allait déposer un recours pour tenter d’annuler cette décision avant la prochaine récolte. « Tout le système de semis direct est basé sur le glyphosate » et suspendre l’enregistrement de ce produit « serait un retour en arrière environnemental gigantesque », a affirmé Blairo Maggi au quotidien Valor.

« Comme tous les désherbants, le glyphosate est réexaminé régulièrement par les autorités de régulation pour garantir son utilisation en toute sécurité », affirme Monsanto dans un communiqué. De son côté, Bayer, estime que la décision de justice était liée à une volonté d’« accélérer la mise à jour […] des évaluations réglementaires » sanitaires de l’Anvisa. « Nous partons du principe que le gouvernement brésilien prendra les mesures nécessaires afin d’annuler cette ordonnance de référé ».

AFP