Dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde (Wasde), l’USDA a revu à la baisse ses prévisions de production de maïs aux États-Unis, les estimant à 347 millions de tonnes (Mt) contre 350 Mt le mois dernier. Les estimations de stocks de fin de campagne sont, en revanche, restées quasi inchangées. « On ne va pas être à court de maïs de sitôt », a rassuré Brian Hoops, de Midwest Market Solutions.

 > Voir aussi : cours et marchés agricoles avec analyses détaillées pour la France

Plusieurs analystes ont interprété la baisse des prévisions de rendement de maïs comme une correction de la hausse annoncée en octobre, qui avait surpris les marchés alors que les moissons affichaient un retard important en raison d’un temps humide. Pour Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics, les baisses dans les estimations pourraient se poursuivre dans les prochains rapports, d’autant que les récoltes sont rendues difficiles par un temps capricieux dans plusieurs zones de production. « Je continue de croire que plus la récolte sera lente, plus il faudra attendre jusqu’à janvier pour obtenir des chiffres plus précis », estime l’expert.

La production de blé aux États-Unis a, elle aussi, été révisée légèrement à la baisse (52,2 Mt, -1,2 Mt), tout comme les stocks de fin de campagne (27,6 Mt, -0,8 Mt). « Toutefois, à l’échelle mondiale, les chiffres ont un peu augmenté. Les productions argentine et australienne ont été un peu réduites, mais cela n’a pas eu d’effet global », observe M. Zuzolo. En Russie et dans l’Union européenne, les estimations ont été revues à la hausse.

Affecté par des déclarations de Donald Trump

Le soja a, quant à lui, vu sa production américaine inchangée à 96,6 Mt et les stocks de la fin de la campagne légèrement revus à la hausse. L’oléagineux a, par ailleurs, été affecté par des déclarations du président américain, Donald Trump, qui a exclu de supprimer des tarifs douaniers supplémentaires pour signer un accord mettant fin à la guerre commerciale avec la Chine. Le soja avait profité la veille d’un regain d’optimisme sur le commerce après des déclarations chinoises affirmant que les droits de douane mutuels que s’infligent Washington et Pékin seraient levés « par étapes ». Les prix de l’oléagineux, dont la Chine est le premier importateur mondial, fluctuent au gré des tensions commerciales entre les deux pays depuis un an et demi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé vendredi à 3,7725 dollars, contre 3,7525 dollars jeudi (+0,53 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,1025 dollars, contre 5,1250 dollars à la précédente clôture (–0,44 %).

Le boisseau de soja pour livraison en janvier, le plus échangé, s’est établi à 9,3100 dollars, contre 9,3650 dollars la veille (–0,59 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Stabilité du blé et du maïs

Les prix du blé et ceux du maïs étaient stables jeudi, alors que l’Égypte a de nouveau lancé un appel d’offres pour le blé tendre.