« Pendant des semaines, le blé a plongé dans les profondeurs. Il commence à voir la lumière au bout du tunnel », a affirmé Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors. Le cours de la céréale avait chuté lors des cinq semaines précédentes, abandonnant 19 % entre le 13 février et la clôture de lundi soir.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Pendant des semaines, le blé a plongé dans les profondeurs. Il commence à voir la lumière au bout du tunnel », a affirmé Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors. Le cours de la céréale avait chuté lors des cinq semaines précédentes, abandonnant 19 % entre le 13 février et la clôture de lundi soir.

Le boisseau de blé pour mai a clôturé vendredi à 4,6225 dollars, contre 4,3275 dollars vendredi dernier, soit près de 7 % de hausse sur la semaine.

De l’avis des spécialistes des marchés, ce rebond est principalement dû à des mouvements techniques liés à la récente dégringolade des cours, alors que le contrat pour livraison en mai a touché lundi soir son plus bas depuis qu’il a commencé à être échangé. Mais d’autres raisons ont joué cette semaine, à l’instar de la détérioration de la qualité de la récolte d’hiver dans plusieurs États américains, notamment au Texas.

Les courtiers ont fait peu de cas en revanche du rapport hebdomadaire du ministère américain de l’Agriculture (USDA) sur les ventes américaines à l’étranger, publié jeudi. Les États-Unis ont vendu 263 000 tonnes à l’étranger pour la saison actuelle, loin des anticipations des analystes qui oscillaient entre 400 000 et 600 000 tonnes.

Ce bond du blé a profité au cours du maïs, la céréale ayant pris plus de 5 % cette semaine.

Le maïs, tout comme le soja, a également bénéficié de l’amélioration du climat de négociation entre Pékin et Washington. « Des rumeurs ont circulé sur la volonté de la Chine d’acheter 7 millions de tonnes de maïs et 3 millions de tonnes d’éthanol », a rappelé Dewey Strickler.

Vendredi, ce mouvement de hausse s’est poursuivi sur les cours du maïs et du soja alors que le président américain, Donald Trump, a de nouveau exprimé son optimisme sur un futur accord commercial, précisant s’attendre à une décision d’ici à trois ou quatre semaines.

« C’est positif, bien que cela veuille dire que les dirigeants des deux pays vont remettre à un peu plus tard que prévu leur sommet », a affirmé Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale, en référence à un sommet Trump-Xi attendu initialement en mars.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus actif, a fini à 3,7325 dollars, contre 3,5475 dollars vendredi dernier (+5,21 %).

Le boisseau de soja (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a clôturé à 9,0725 dollars, contre 8,8375 dollars à la clôture vendredi dernier (+2,66).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé toujours dans le vert

Les prix du blé étaient en légère hausse, vendredi, au terme d’une semaine qui a vu les céréales reprendre un peu de la valeur qu’elles avaient perdue ces derniers temps.