Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus échangé actuellement, a terminé à 4,5275 dollars contre 4,4725 dollars à la précédente clôture.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus échangé actuellement, a terminé à 4,5275 dollars contre 4,4725 dollars à la précédente clôture.

La hausse est de 1,23 % sur la séance et suit une envolée de plus de 5 % depuis mardi.

Ces fortes progressions du cours du blé interviennent après un mois de février et un début de mois de mars chaotiques. Le cours a dégringolé de plus de 18 % entre le 13 février et lundi soir.

« La hausse des cours est vraisemblablement liée à des mouvements techniques de portefeuilles », ont affirmé les analystes de la Commerzbank, les investisseurs ne croyant plus à une poursuite de la baisse des cours.

Car « en dehors de cela, peu de choses suggèrent une hausse du prix du blé en ce moment », ont-ils ajouté. Particulièrement sur le front des ventes américaines à l’étranger.

Le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a affirmé dans un rapport hebdomadaire jeudi que les États-Unis avaient vendu 263 000 tonnes à l’étranger pour la saison actuelle, loin des anticipations des analystes qui oscillaient entre 400 000 et 600 000 tonnes.

Le cours du maïs a également avancé jeudi, profitant selon les analystes de CHS Hedging de la hausse observée sur le blé.

Les ventes de maïs à l’étranger ont été très inférieures aux anticipations pour la saison en cours mais elles se sont affichées dans le même temps au-dessus des attentes concernant la saison prochaine. Combinées, elles se situent dans la moyenne des estimations.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a fini à 3,7025 dollars, contre 3,6650 dollars mercredi.

Le soja a pour sa part reculé, en l’absence de nouvelles d’importance majeure, ont noté les analystes de CHS Hedging.

Les ventes américaines à l’étranger se sont pourtant montrées très confortables, les États-Unis ayant réussi à écouler 1,9 million de tonnes à l’étranger, dont 1,7 million de tonnes à la Chine.

Mais les analystes citaient les informations de l’agence Bloomberg affirmant qu’un sommet entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping n’aurait pas lieu avant le mois d’avril.

Si cette information se confirmait, elle décevrait les investisseurs dans la mesure où ceux-ci s’attendent à une rencontre avant la fin du mois de mars.

La date de cette rencontre est importante car ce sommet pourrait mettre un point final à la guerre commerciale entre Pékin et Washington. Ce bras de fer, qui dure depuis de nombreux mois, a eu pour conséquence majeure le plongeon des achats de soja américain par la Chine, son principal client.

Le boisseau de soja pour livraison en mai, le plus échangé, a clôturé à 8,9850 dollars, contre 9,0100 dollars la veille.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé toujours dans le vert

Les prix du blé étaient en légère hausse, vendredi, au terme d’une semaine qui a vu les céréales reprendre un peu de la valeur qu’elles avaient perdue ces derniers temps.