« Le marché est un peu préoccupé en raison d’une vague de froid dans le Midwest. Les cultures de blé d’hiver essayent de pousser avant d’entrer en phase végétative », note Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. « Il n’y a pas trop d’inquiétudes pour le moment, car nous ne sommes pas à un stade avancé de la croissance, mais ça a suffi pour faire monter les prix », poursuit l’expert.

Par ailleurs, les acteurs du marché ont continué d’évaluer l’offre de blé au niveau international, alors que l’Australie, l’un des principaux exportateurs mondiaux, traverse une période de sécheresse, susceptible d’affecter ses rendements.

Voir aussi : cours et marchés agricoles avec analyses détaillées pour la France

Dans son rapport mensuel sur l’offre et la demande de produits agricoles dans le monde, le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a d’ailleurs revu vendredi à la baisse ses estimations pour la production australienne de blé mais aussi pour la production argentine. « Cela est compensé par une hausse des prévisions des cultures russes et par l’opportunité pour la Russie d’exporter plus de blé », indique M. Hoops.

Voir aussi : En France, les rendements de 2019 des céréales flirtent avec leur record

Situation commerciale avec la Chine

Le rapport sur les expéditions, publié exceptionnellement mardi en raison du lundi férié aux États-Unis, a montré des chiffres, pour la semaine achevée le 7 novembre, supérieurs à la semaine précédente pour le blé et le maïs. « Les expéditions de maïs sont certes en recul par rapport à la même période l’an dernier, mais elles ont doublé par rapport à la semaine dernière », note Michael Zuzolo, de Global Commodity Analytics.

Voir aussi : USDA — La récolte américaine de maïs ajustée à la baisse

Le soja est resté stable après un discours de Donald Trump devant le club économique de New York, où le président américain n’a pas fait d’annonces à même de modifier le sentiment du marché sur la situation commerciale avec la Chine. Le prix de l’oléagineux, dont Pékin est le premier importateur mondial, est affecté par la guerre commerciale à laquelle se livrent les deux premières puissances économiques mondiales depuis un an et demi.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé mardi à 3,7775 dollars, contre 3,7325 dollars lundi (+1,21 %).

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,1700 dollars, contre 5,0575 dollars à la précédente clôture (+2,22 %).

Le boisseau de soja pour livraison en janvier, le plus échangé, s’est établi à 9,1700 dollars, comme la veille.

AFP

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé dans le rouge malgré la demande

Les cours du blé étaient à la baisse mercredi en fin d’après-midi, malgré une demande mondiale dynamique. Les blocages contre la réforme des retraites ont repris ce jour dans les ports français.