Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus échangé actuellement, s’est apprécié de 5,72 %, terminant à 4,5300 dollars contre 4,2850 dollars la veille. Il avait perdu plus de 18 % depuis le 13 février.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus échangé actuellement, s’est apprécié de 5,72 %, terminant à 4,5300 dollars contre 4,2850 dollars la veille. Il avait perdu plus de 18 % depuis le 13 février.

Après une telle chute, « les cours ont enfin profité d’achats à bon compte ainsi que d’achats destinés à couvrir des paris à la baisse », a commenté Bill Nelson, de Doane Advisory Services.

Mais les prix du blé ont aussi bénéficié de plusieurs éléments favorables, selon lui, à commencer par des rapports faisant état d’une détérioration de la qualité de la récolte d’hiver dans plusieurs États américains.

« Au Texas en particulier, la proportion de blé considéré comme bon à excellent est passée de 36 % à 28 % », a remarqué M. Nelson.

« C’est un changement important pour un État qui produit beaucoup de blé et cela reporte l’attention des investisseurs sur les risques liés à la météo, les conditions sèches dans le sud de la région des Plaines et l’extrême froid dans les zones plus au nord », a-t-il noté.

Le marché du blé a aussi pu profiter à retardement d’un rapport hebdomadaire sur les expéditions de produits agricoles américains à l’étranger dévoilé lundi et faisant état d’une cargaison de 42 000 tonnes à destination de la Chine.

« Dans le cadre des négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis, on a beaucoup parlé des achats de soja américain par la Chine, moins de ceux du blé », a-t-il noté.

Le repli du dollar face aux principales devises a également contribué selon le spécialiste à l’envolée des cours du blé, un billet vert plus faible rendant plus attractifs les achats de produits américains pour les investisseurs munis d’autres devises.

« Voir si le rebond des cours se prolonge »

Mais pour M. Nelson, « le véritable test sera de voir si le rebond des cours ce mardi se prolonge demain ou si ce n’était qu’un sursaut éphémère ».

Du côté du maïs et du soja, les cours ont aussi progressé mais dans une moindre mesure.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, contrat le plus échangé, a fini à 3,6575 dollars contre 3,6200 dollars lundi.

Le boisseau de soja pour livraison en mai, également le plus échangé, a clôturé à 8,9700 dollars contre 8,9000 dollars la veille.

Au-delà de la faiblesse du dollar, les prix ont profité, selon M. Nelson, de nouvelles prévisions sur les récoltes brésiliennes.

« Le Brésil a revu à la baisse ses prévisions sur la production de soja, désormais attendue à 113 millions de tonnes contre 115 millions le mois précédent, et contre 116,5 millions de tonnes attendues par l’USDA », le ministère américain de l’Agriculture, a-t-il détaillé.

Les autorités brésiliennes anticipent par ailleurs une production de maïs à 92,8 millions de tonnes, contre 94,5 millions attendues par l’USDA.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé toujours dans le vert

Les prix du blé étaient en légère hausse, vendredi, au terme d’une semaine qui a vu les céréales reprendre un peu de la valeur qu’elles avaient perdue ces derniers temps.