Ces contrats seront négociés à partir du 12 septembre pour une première échéance cotée « décembre 2016 » avec sept échéances supplémentaires négociables. Chaque contrat représentera 50 tonnes métriques de blé UE aux spécifications de qualité fixées à un minimum de 10,5 % de protéine et de 170 pour l’indice de Hagberg.

CME Group précise que « ces contrats à terme et options blé de l’UE seront libellés en euros, et seront cotés base rendu Rouen, et permettront aux utilisateurs de prendre livraison de blé dans des entrepôts approuvés par la Bourse dans des endroits clés en France, ou de conserver le blé sous forme de certificats d’entreposage pour livraison à une date ultérieure ».

« Encourager la création d’une courbe de prix à terme pour le blé UE »

« La livraison du blé dans le cadre du contrat aura lieu par l’intermédiaire de la délivrance d’un certificat d’entreposage lié à des entrepôts agréés situés dans les principales régions de production de blé en France », détaille le communiqué de presse.

« Les sociétés qui reçoivent des certificats auront le choix entre transmettre ces certificats en échange de contrats à terme, aviser l’entrepôt du chargement du blé physique ou conserver le certificat pour chargement futur depuis l’entrepôt d’émission contre le paiement de frais administratif. Cela encouragera la création d’une courbe de prix à terme pour le blé UE », explique CME Group.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé dans le vert face au manque d’eau

Jeudi, le 9 avril 2020, en fin d’après-midi, blé et maïs étaient à la hausse, alors que le marché craint les conséquences du déficit hydrique en Europe.