L’AGPB, l’AGPM, la CGB et la Fop réaffirment leur opposition aux « importations massives d’huiles usagées ou d’huile de palme » auxquelles la bioraffinerie de La Mède pourrait faire appel. Le communiqué commun de ces quatre organismes fait suite à la déclaration de Patrick Pouyanné, le PDG de Total, assurant le 8 février que ce site entrerait en fonctionnement à l’été 2018.

La bioraffinerie doit utiliser 60 à 70 % d’huiles végétales (soja, colza, tournesol, maïs, palme) et 30 à 40 % d’huiles alimentaires usagées (huile de friture) et d’huiles résiduelles (graisse animale, huiles issues de l’industrie papetière ou résidus de palme…).

Déstabilisation des filières françaises

Les agriculteurs ont interpellé les pouvoirs publics : « Sont-ils prêts, à travers ce projet […], à spolier les agriculteurs d’un débouché et amplifier la désertification rurale par la suppression de nombreux emplois dans des filières qui représentent 30 000 emplois directs, indirects et induits, ou préfèrent-ils conserver des filières dynamiques et innovantes, véritable incarnation de la bioéconomie qu’ils entendent développer et déployer dans nos territoires ? »

Les quatre organisations rappellent que les matières premières produites en France participent aussi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les transports et fournissent des aliments locaux riches en protéines et en cellulose. « Pourquoi vouloir déstabiliser des filières économiques entières ancrées dans les territoires ruraux, des filières sources d’emplois et de revenus, des filières créatrices de richesses tant sociales qu’environnementales ? »

L’interdiction de l’huile de palme en discussion

Actuellement, la directive « énergie renouvelable » est en discussion au niveau européen. Les eurodéputés se sont prononcés le 17 janvier pour la suppression progressive de l’huile de palme dans les biocarburants européens d’ici à 2021. Ce vote, qui n’est pas contraignant, doit maintenant faire l’objet d’une négociation avec le Conseil européen et la Commission. Total a de son côté souligné que les huiles végétales utilisées seraient certifiées durables.

H.P.