Réunis ce mercredi 16 novembre 2016 à Paris, les membres du conseil d’administration de la Fop (Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux) dénoncent les propositions présentées par la Commission européenne relatives à l’interdiction des usages des biocarburants de première génération à partir de 2020 ainsi que l’interdiction de l’usage des produits phytosanitaires au sein des SIE (surfaces d’intérêt écologique).

« Une condamnation de la production »

La Fop estime qu’interdire les biocarburants de première génération à partir de 2020 reviendrait à perdre une part conséquente des surfaces en oléagineux car les producteurs se détourneront de ces cultures devenues non rentables qui auraient perdu leur principal débouché. « Ces productions, indispensables pour la rotation des cultures, le maintien de la biodiversité, la sécurité alimentaire et énergétique sont essentielles à l’économie agricole et à l’économie nationale, rappelle le syndicat. Condamner les débouchés, c’est condamner la production. »

En ce qui concerne les SIE, la Fop souligne qu’interdire l’usage de produits phytosanitaires sur ces surfaces « reviendrait nécessairement à rendre impossibles les cultures de plantes fixatrices d’azote que sont les légumineuses. Or chacun s’accorde à reconnaître les nombreux atouts environnementaux de ces productions. »

« Il est temps que la raison reprenne toute sa place »

« Alors que nous allons fêter dans quelques mois les 60 ans du traité de Rome, il est grand temps que la raison reprenne toute sa place dans le projet politique communautaire. Ne pas le faire c’est encourager, y compris les plus fervents défenseurs de l’Europe, à se détourner d’elle, exaspérés d’être les victimes permanentes d’accusations constantes et de carcans incohérents », ont déclaré Gérard Tubéry, le président de la Fop, et Arnaud Rousseau, celui du groupe des oléagineux du Copa.