Face des conditions de marché défavorables, le groupe Avril a annoncé qu’il souhaite uniformiser le prix de la graine en fonction des conditions de marché. « Notre objectif est de rémunérer plus équitablement la graine en uniformisant sa valeur du premier au dernier point et ce, quelle qu’en soit la teneur en huile », précisait le groupe mercredi avant d’ajouter « pour que la filière soit rentable, le prix du point d’huile doit pouvoir évoluer lui aussi ! »

« Quand les triturateurs pressent les agriculteurs »

La Coordination rurale, par la voix de l’Organisation des producteurs de grains, a exprimé auprès des représentants de la filière oléagineuse, son désaccord sur ce procédé. Le syndicat spécifiait dans son communiqué du 30 juin 2017 : « L’objectif affiché est de réduire le coût d’achat des graines de colza aux agriculteurs alors même que les prix actuels ne couvrent pas les coûts de production ! » Et de préciser « nous nous réservons le droit de demander un audit de la filière pour identifier les raisons d’un tel déficit de rentabilité ».

Selon la Coordination rurale, l’ex-groupe Sofiproteol dispose d’une position dominante sur le marché des huiles : « Il serait fort regrettable qu’il en profite pour imposer une baisse des prix d’achat aux agriculteurs dont la condition économique est plus que précaire. »

M. S.