Les précipitations abondantes et supérieures à la normale en mars font que « les sols superficiels se sont nettement humidifiés des côtes de la Manche à la Bourgogne-Franche-Comté, ainsi que de la Nouvelle-Aquitaine à l’ouest du Massif central ».

Toujours dans son bilan publié le 13 avril 2018, Météo-France situe l’indicateur « sécheresse » proche de la normale sur le Maine-et-Loire, près des frontières du Nord-Est, sur l’ouest de l’Occitanie, le pourtour méditerranéen, le littoral corse et l’est du Massif central.

L’indicateur de la sécheresse des sols est calculé à partir de l’indice d’humidité des sols moyenné sur trois mois. Cet indice de probabilité permet un classement des sols (d’extrêmement sec à extrêmement humide) par rapport aux trois mêmes mois sur la période de référence 1981-2010. © Météo-France

L’Institut souligne que cet indicateur témoigne d’une situation extrêmement sèche sur les Alpes centrales, à cause du manteau neigeux qui ne permet pas encore l’humidification des sols.