Conséquence de la fin des quotas sucriers et des prix minimaux garantis, la limitation des exportations de sucre depuis l’Union européenne a été supprimée. Alors qu’elles ne pouvaient dépasser les 1,4 million de tonnes (Mt), les exportations de sucre de l’UE ont déjà plus que triplé sur les six premiers mois de la campagne de 2017-2018, à 1,85 Mt contre 0,5 Mt en 2016-2017, selon les derniers chiffres d’Agreste. Le service de la statistique du ministère de l’Agriculture fait état d’un accroissement comparable des exportations françaises, qui passent de 0,15 Mt à 0,53 Mt.

Chute des importations européennes

Les principales destinations concernées par cette hausse sont les pays du pourtour méditerranéen (Égypte, Syrie, Israël, Liban, Lybie), la Mauritanie et les pays de l’Afrique subsaharienne (Cameroun). Mais les pays du sud de l’Europe sont également destinataires de ce surplus de sucre. Il s’agit de pays structurellement déficitaires (Espagne, Italie, Grèce), qui couvraient auparavant leurs besoins à partir de sucre brut importé et raffiné sur place. Or, les prix du sucre sur le marché européen ne sont plus suffisamment attractifs pour couvrir les coûts de production, de fret et de raffinage du sucre brut en provenance de pays tiers, informe Agreste. Les importations européennes de sucre destiné au raffinage ont ainsi chuté de moitié depuis octobre 2017, de 1,4 Mt à 0,7 Mt.

A.M.