Pour sa première année post-quotas, Cristal Union annonce un bénéfice net de 49 M€, et un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Le deuxième producteur français de sucre a présenté ses résultats le 13 juin : la hausse de la production a pu compenser la chute des cours mondiaux (–25 % en 2017). Les surfaces ensemencées ont bondi de 32 % en deux ans, atteignant les 180 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Pour sa première année post-quotas, Cristal Union annonce un bénéfice net de 49 M€, et un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Le deuxième producteur français de sucre a présenté ses résultats le 13 juin : la hausse de la production a pu compenser la chute des cours mondiaux (–25 % en 2017). Les surfaces ensemencées ont bondi de 32 % en deux ans, atteignant les 180 000 ha, avec une production moyenne de 15 t de sucre par hectare.

« Nous quittons la politique de garantie de prix pour les planteurs dès la campagne de 2018 », a annoncé Alain Commissaire, directeur général du groupe coopératif. La décision a été prise « à l’unanimité » lors du conseil d’administration. Il reconnaît que l’annonce aux planteurs a été délicate, mais explique que cette mesure est nécessaire pour garantir la pérennité du groupe, face à un environnement qui change durablement.

Des rapprochements dans un contexte lourd

« Avec la fin des quotas sucriers et des prix garantis par l’Europe, nous vivons un grand changement », confirme Olivier de Bohan, président de Cristal Union. À cela s’ajoute l’Inde, dont le marché prend de plus en plus d’importance au niveau mondial, et un contexte politique tendu pour la filière. « L’interdiction des néonicotinoïdes, La Mède, les accords avec le Mercosur, la révision de la directive européenne sur les énergies renouvelables : ce ne sont que des mauvaises nouvelles », liste-t-il. Il temporise ensuite : « On passe une tempête, on est dans un creux de vague, mais ça reviendra. »

Alain Commissaire annonce ensuite, sans donner davantage de détails, que l’heure est aux rapprochements (achats ou alliances) avec d’autres groupes.

Lancement d’une filière de la betteraves bio

Pour répondre à une demande du marché, Cristal Union a décidé de travailler sur la mise en place d’itinéraires techniques en bio. Si 4 parcelles expérimentales avaient été implantées en 2017, 145 ha sont emblavés pour cette campagne, sur 26 exploitations. L’objectif est d’atteindre 1 500 ha en 2019, année de première mise sur le marché de sucre bio.

H.P.