Les salariés de l’usine de Haubourdin (Nord) de Cargill, entreprise américaine de négoce et de transformation des matières premières agricoles, ont voté ce lundi 13 janvier 2020 une « grève illimitée », réclamant le retrait du plan de suppression de plus de la moitié des effectifs, selon le syndicat CGT. Selon Dorian Vallois, délégué syndical pour la CGT, l’usine est à l’arrêt depuis lundi matin et rien n’en sort : « Environ 150 personnes présentes devant le site ont voté pour une grève illimitée, et certains vont dormir sur le site cette nuit. »

Plombé par la logistique

Filiale du négoce américain de matières premières agricoles Cargill, le site de Haubourdin est spécialisé dans l’extraction d’amidon de maïs et dans la production d’amidons standards. En novembre 2019, Cargill a voulu repositionner le site, qu’il juge plombé par des coûts logistiques d’approvisionnement depuis les zones de production de maïs du sud de la France ou de l’Europe, pour en faire un site de transformation de l’amidon en ingrédient industriel de spécialité pour la pharmacie et l’alimentation infantile. La direction a annoncé la création de 19 postes, mais la suppression de 183 emplois sur un total de 315 personnes. Les premiers licenciements auraient lieu dès juillet, selon la CGT.

« On craint une fermeture en deux temps », a réagi Jean-Vincent Koster, expert-comptable du cabinet Progexa mandaté par le comité social économique, affirmant que le résultat net du site pour le dernier exercice clos, 2018-2019, s’élevait à 3,8 millions d’euros. Fiodor Rilov, avocat des salariés, compte saisir en référé le tribunal judiciaire de Lille pour obtenir des documents, notamment sur les prix de transferts du groupe, réclamés à la direction.

AFP