Le feu vert européen a notamment été permis par un vote favorable du représentant allemand, sur consigne du ministre de l’Agriculture, Christian Schmidt, un conservateur membre de la famille politique d’Angela Merkel.

Querelle de ministres

La ministre sociale-démocrate de l’Environnement, Barbara Hendricks, l’a immédiatement accusé d’avoir outrepassé ses prérogatives, parlant d’une « rupture de confiance » au sein de la coalition actuelle.

« Ceux qui espèrent construire une relation de confiance entre partenaires de coalition » ne peuvent pas se comporter ainsi, estime-t-elle. La ministre est d’autant plus en colère qu’elle affirme avoir expliqué à son collègue de l’Agriculture dans la matinée son opposition à une prolongation à 5 ans.

Selon Barbara Hendricks, les deux ministres avaient convenu que l’Allemagne s’abstiendrait à nouveau et son collègue de l’Agriculture n’aurait pas tenu parole. L’Allemagne s’était abstenue sur le sujet jusqu’à présent en raison des divisions au sein du gouvernement.

Ne pas laisser le dernier mot à la Commission

Elle a voté finalement en faveur de la proposition de réautorisation de 5 ans, après avoir demandé des restrictions sur l’usage privé du produit et un meilleur respect de la biodiversité, selon une source proche du dossier.

Christian Schmidt a, de son côté, justifié son vote en expliquant que la Commission européenne aurait dans le cas contraire eu le dernier mot et aurait « de toute manière voté en faveur de la prolongation du glyphosate ».

Cette dissension risque de compliquer les efforts en cours entre conservateurs et sociaux-démocrates en vue de former un gouvernement pour sortir l’Allemagne de la crise et répondre à l’impatience grandissante du reste de l’Europe.

Angela Merkel tance son ministre de l’Agriculture

La chancelière allemande n’a pas tardé à réagir. Le feu vert donné au prolongement de l’autorisation de cet herbicide controversé lundi à Bruxelles « ne correspondait pas à la position sur laquelle le gouvernement s’était mis d’accord », affirme-t-elle.

Angela Merkel a précisé qu’elle s’est entretenue avec Christian Schmidt, originaire de l’une des régions les plus riches mais aussi les plus agricoles du pays, et insisté sur le fait qu’« un tel incident » ne devait « pas se répéter ».

AFP