« Ecophyto veut nous faire faire mieux par la contrainte, ici on fera mieux par l’innovation », lance Laurent Martel, directeur d’In Vivo Agriculture lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion du Salon international de l’agriculture ce mardi 28 février 2017. Car Le groupe coopératif a l’ambition d’ici à 2025 de « devenir un acteur majeur de l’agriculture de précision », à travers notamment un nouveau projet de mise en place d’un panel de 1 000 fermes numériques.

Tester les outils

« Ce projet permettra de tester différents outils numériques comme la télédétection, des outils des « proxi détection » sur les tracteurs, et l’usage de big data sur 1 000 fermes sélectionnées », précise Carole Rocca, manager du projet Fermes Leader. « L’investissement ne dépassera pas les 50 à 100 €/ha. L’idée générale est de tester le retour sur cet investissement fixé sur 18 mois, en économie d’intrants, d’investissements dans les services numériques », précise Thierry Blandinières, le directeur général d’InVivo. Les agriculteurs sélectionnés n’auront pas à investir eux-mêmes : des fonds ou équipements seront mobilisés par leurs coopératives ou auprès des collectivités locales.

Mise en réseau

Aujourd’hui, 250 fermes ont déjà été recrutées. In Vivo souhaite atteindre le panel de 1 000 fermes sélectionnées d’ici à 2020. Les meneurs du projet insistent sur l’importance de la mise en réseau entre les agriculteurs qui leur « montrera que c’est possible de produire plus et mieux ».

Mais Stéphane Marcel, directeur de Smag rappelle l’enjeu primordial de l’accès à internet. « Toute cette innovation technologique n’est pas accessible à une grande partie de la population rurale qui ne dispose pas d’une connexion web », s’insurge-t-il.

« [Les fermes] auront une fonction de démonstrateur et d’accélérateur du déploiement à l’échelle de la smart agriculture, mais elles permettront également l’émergence de conseils innovants grâce à la mise en place d’un observatoire technologique en situation réelle », conclut-il.

C.L.J.