Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un quart des agriculteurs se seraient lancés

Agriculture de conservation des sols
 - Un quart des agriculteurs se seraient lancés
© Agrodistribution

Quelque 26 % des répondants à un sondage assurent pratiquer l’agriculture de conservation des sols. Près de la moitié n’a jamais entendu parler du sujet.

Selon un sondage de l’institut ADquation pour le magazine Agrodistribution du mois de mars 2018, un quart des agriculteurs pratiquent l’agriculture de conservation des sols (ACS). Parmi les répondants, 45 % indiquent ne pas savoir ce que c’est. Quant à ceux qui connaissent le sujet, mais ne pratiquent pas, 22 % comptent se lancer d’ici à trois ans, soit 6 % de la base totale.

Les interrogés pratiquant déjà l’ACS ont ensuite été interrogés sur le glyphosate. Si ce dernier venait à être interdit, deux tiers des agriculteurs estiment pouvoir continuer quand même.

Enquête réalisée par téléphone du 8 au 12 février 2018 auprès de 405 chefs d’exploitation agricole ayant au moins 50 ha de SAU.

En fait, seulement 2 %

45 % des agriculteurs qui n’auraient jamais entendu parler d’agriculture de conservation des sols (ACS) ? « Je ne suis pas complètement surpris », répond Benoît Lavier, président de l’Apad, association spécialiste du sujet. 26 % qui la pratiqueraient ? « Non, pour nous, seulement 2 ou 3 % des agriculteurs mettent en œuvre les trois piliers de l’A2C », à savoir la suppression du travail du sol, la couverture permanente et la diversité des espèces présentes dans la rotation. Concernant la future interdiction du glyphosate, « une grosse moitié d’agriculteurs pratiquant l’ACS seraient très embêtés, selon nos remontées provenant du terrain ». Mais les pouvoirs publics commencent à envisager des exceptions. « Il y a une nécessité de ne pas tuer dans l’œuf une proposition comme celle-là », plaide-t-il.

R. F.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 1 commentaires
hubert.veret@orange.fr

Si le glyphosate devenait interdit, c'est pour tout le monde ou personne. On ne peut ni favoriser ni opposer différents types d'agriculture les uns par apport aux autres.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct
Afficher toutes les actualités e

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous