« L’Union européenne (UE) a besoin d’une stratégie à long terme et de grande envergure pour améliorer la santé des abeilles et reconstruire la population d’abeilles », indique le Parlement ce jeudi 1er mars 2018 dans une résolution adoptée par 560 voix pour, 27 voix contre et 28 abstentions.

À cette fin, les députés appellent à :

  • Un plan d’action au niveau de l’UE pour lutter contre la mortalité des abeilles ;
  • Des programmes d’amélioration de la résilience aux espèces envahissantes, telles que Varroa destructor, le frelon asiatique ou la loque américaine ;
  • Davantage de recherches pour développer des médicaments innovants pour les abeilles et augmenter leur disponibilité ;
  • L’interdiction de tous les produits phytosanitaires ayant des effets négatifs scientifiquement prouvés sur la santé des abeilles, y compris les néonicotinoïdes, et des solutions de rechange sans danger pour les agriculteurs ;
  • Un avertissement avancé des périodes de pulvérisation des cultures pour éviter de nuire aux abeilles.

« L’UE devrait augmenter de 50 % le budget alloué aux programmes nationaux d’apiculture et mettre en place un programme de soutien spécifique pour les apiculteurs dans le cadre de la politique agricole de l’UE pour l’après-2020 », affirment les députés. Ils suggèrent également une compensation pour la perte de colonies d’abeilles.

« Nous devons faire tout notre possible pour protéger notre miel et nos abeilles, car 76 % de la production alimentaire en Europe repose sur la pollinisation et les abeilles sont donc indispensables à notre sécurité alimentaire », déclare le rapporteur Norbert Erdős (PPE, HU).

La Commission et les États membres appelé à se saisir de ces propositions

« Dans la continuité de ses travaux, le Parlement européen fait preuve de leadership en matière de protection des abeilles et se place à la hauteur de l’enjeu, déclare Michel Dantin (PPE), président de la Semaine européenne des abeilles (EU BeeWeek). Il est urgent de passer aux actes ! J’en appelle à la Commission européenne et aux États membres pour se saisir de ces propositions et présenter des objectifs politiques ambitieux pour le secteur de l’apiculture. »

Virginie Rozière (RG) se félicite aussi que le Parlement européen s’engage pour la protection des abeilles et la lutte contre la contrefaçon de miel : « Les propositions de ce texte sont un signal clair pour les États membres qui doivent maintenant retrouver un peu de volonté politique pour en finir avec l’hégémonie des firmes de pesticides ! » conclut-elle.

« En amont des travaux de la commission spéciale des pesticides (PEST), nous exigeons des règles plus strictes concernant les produits phytopharmaceutiques et l’interdiction, dès à présent, des néonicotinoïdes tueurs d’abeilles. Le sujet sera à l’ordre du jour des 28 États membres lors du comité PAFF des 22 et 23 mars prochains », précise de son côté Eric Andrieu.