La FDSEA et Jeunes Agriculteurs (JA) du Finistère « seront vigilants à ce que les mesures de soutien annoncées par le ministre de l'Agriculture se concrétisent sans attendre », indiquent les deux syndicats jeudi, au lendemain d'une rencontre entre des responsables légumiers bretons et le ministre de l'Agriculture.

Pour la FDSEA et JA du Finistère, « à force de lancer des alertes sans obtenir d'autres réponses que des belles promesses, il n'est pas étonnant que des actions ''coup-de-poing'' se produisent dans les campagnes, les paysans ne voyant pas d'autres moyens pour se faire écouter ».

« Certes l'embargo russe est un facteur aggravant, mais les causes du ras-le-bol des paysans sont bien plus profondes : pour les JA et la FDSEA du Finistère, c'est tout le carcan normatif, administratif et fiscal qu'il faut réformer. Redonner les moyens aux agriculteurs d'entreprendre et de vivre de leur travail, tel est l'enjeu pour préserver la richesse agricole bretonne et créer de l'emploi et de la valeur-ajoutée sur les territoires », ajoutent les deux organisations.

« Le désespoir est tel qu'en l'absence de réformes du système de fiscalité et de simplifications normatives et administratives tangibles, les JA et la FDSEA du Finistère prédisent que la révolte paysanne peut prendre de l'ampleur, tant l'ensemble des filières agricoles souffre », précise le communiqué.