« Les agriculteurs européens, français et ceux de votre région d’élection sont à bout de souffle et sombrent peu à peu dans le désespoir. Celui-ci étant très mauvais conseiller, les débordements observés ces derniers jours risquent de s’amplifier et d’échapper à tout contrôle », écrit Bernard Lannes, le président de la CR dans sa lettre.

« Dans la mesure où vous avez, au pire fermé les yeux, et, au mieux traité la question sur un plan conjoncturel en vous satisfaisant des coups de petites enveloppes distribuées par la Commission européenne alors que les éleveurs ont des problèmes structurels graves, vous êtes coresponsable de cette situation et ne pouvez pas vous en cacher ! », poursuit-il à l’adresse des députés européens.