« Les attentes seront hautes lundi 27 juin pour les producteurs de lait en attente d’une décision de la Commission », titrait le communiqué de presse du syndicat français Jeunes Agriculteurs (JA), vendredi 24 juin. Pourtant, il leur faudra encore un mois pour, peut-être, obtenir de nouvelles aides de l’Europe.

En effet, Phil Hogan a quitté le conseil des ministres de l’Agriculture européens du 27 juin sans annoncer de nouvelles mesures, devant se rendre à une réunion du collège des commissaires sur le Brexit. Cependant, la Commission prévoit d’annoncer un nouveau dispositif d’aide lors du prochain conseil, en juillet.

Le ministre français de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, « se félicite de l’engagement de la Commission sur de nouvelles mesures » et attend leur concrétisation rapide lors du conseil de juillet. « Le ministre a de nouveau plaidé pour que des fonds européens soient urgemment mobilisés pour inciter les opérateurs européens à maîtriser leur production », indique un communiqué du ministère de l’Agriculture.

Financer la limitation de production

Pour le lait, JA plaide pour la mise en œuvre de l’article 222 du règlement de l’OCM unique, c’est-à-dire une réduction volontaire de la collecte. « Il faut que Bruxelles débloque des aides européennes rapidement pour inciter les professionnels à limiter leur production », indique le syndicat. Dans le cas d’un échec, JA ajoutent que ses membres « n’hésiteront pas à demander l’activation de l’article 221 permettant une réduction obligatoire des volumes ».

Dans son communiqué du 27 juin 2016, la FRSEA Ouest avec la FNPL défend elle aussi « une stabilisation volontaire de la production avec compensation financière ». Le Comité européen des Régions (1) a également publié un communiqué en ce sens : « Les ministres européens de l’Agriculture doivent prendre des mesures de limitation temporaire de la production laitière pour assainir le marché et assurer la survie de la filière européenne du lait ». Le Comité des Régions (CdR) incite également la Commission à examiner le « programme de responsabilisation des marchés » de l’European Milk Board. Le CdR a fait réaliser une étude sur la faisabilité et les effets de ce programme.

(1) Le Comité des Régions (CdR) est un organe consultatif composé de représentants élus au niveau local et régional provenant des 28 États membres de l’UE. Il permet à ces représentants de donner leur avis sur la législation européenne ayant des incidences directes sur les régions et les villes.