Brigitte Bardot n’aime ni la corrida, ni la chasse. Ce n’est un secret pour personne. Alors entre un ministre de l’Agriculture qui se rend aux arènes de Bayonne et celui de la Transition écologique qui aurait rendez-vous avec les chasseurs le 20 août prochain, la coupe est pleine pour la présidente de l’association de défense animale qui porte son nom. Et elle prend sa plume pour l’écrire au Premier ministre.

« Ce n’est qu’un leurre, une vaste hypocrisie »

Dans une lettre ouverte à Édouard Philippe datée du 16 août 2019, Brigitte Bardot demande ni plus ni moins au Premier ministre que de « supprimer » le ministère de l’écologie, estimant que « ce n’est qu’un leurre, une vaste hypocrisie ». Pourquoi une telle demande ? Parce que Brigitte Bardot et sa fondation n’arriveraient pas à décrocher un rendez-vous avec Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique.

« Est-ce une provocation de votre gouvernement envers les Français qui sont très majoritairement soucieux du respect de l’animal ? », écrit Brigitte Bardot en référence au « comportement » deux ministres. « Il est évident que la politique conduite par votre gouvernement n’a rien d’écologique et se moque de la condition animale. Les organisations […] comme la mienne demandent en vain à être reçues par Elisabeth Borne, et elle fait la morte. »

Pour « un ministère dédié à la condition animale »

Et d’ajouter que la ministre de la Transition écologique « ouvre sa porte aux lobbyistes de la chasse et des armes. […] Cette minorité meurtrière, armée, pourra encore une fois se vanter d’utiliser les ministres comme de simples marionnettes. […] Et puisque votre ministre de l’Agriculture est indigne de défendre la condition animale, alors il vous revient de créer un ministère dédié à cette cause animale si mal défendue. »

R.A. et E.R.